Am'Api 04

Association des Apiculteurs Amateurs de Haute Provence

L'avenir des abeilles avec Vespa vélutina (Frelon asiatique)

 

 

20170505 094731R

À ce jour, le 28 septembre 2020, plus de 400 pièges vendus par le GDSA 04 seront installés dans le 04 pour le piégeage des fondatrices au printemps.

Ci-dessous un exemple de muselière très simple pour ruches réalisé avec de simples tasseaux de 12mm. Cela permet de diminuer le stress des abeilles et déconcertent un peu les frelons.

 

 

 

 

Le cône pour piège sélectif de Denis Jaffré :

 

 

Exemple de piège Sélectif fabriqué à partir de deux vielles hausses Langstrot :

 

 

 

 

 

 

 La partie basse peut être simplement un nourrisseur couvre cadres ou un rectangle composé de 4 tasseaux de 60 mm à la dimension de la partie supérieure fermée par un contre plaqué.

La caisse en bois peut être remplacée par une en plastique (Opaque)

Pensez à préparer vos pièges contre les fondatrices du frelon asiatique pour le piégeage du printemps et à l'autonome lorsque les futures fondatrices quittent le nid secondaire Le piégeage des fondatrices ou futures fondatrices est déterminant pour lutter contre son invasion.

Rappel : Au printemps, à partir de mi-février, les pièges utiliseront comme appât, des opercules avec du miel. Ils seront positionnés de préférence à proximité directe des premières floraisons. À cette époque, les fondatrices recherchent surtout du nectar.

Une fondatrice piégée, c'est un nid secondaire contenant plusieurs milliers frelons qui ne sera pas construit.

Depuis chaque nid secondaire qui ne se fait pas, c'est aussi plus d'une centaine de futures fondatrices de moins pour l'année d'après.

 

À partir de l'été, les nids secondaires sont faits et peuplés, la pression sur les ruches commence. Les frelons sont à la recherche de protéines pour nourrir leurs larves. On peut mettre alors, l'appât directement dans la partie haute et utiliser de la viande. Des morceaux de cœur de beauf par exemple.

À partir de l'automne, on commence le piégeage des nouvelles fondatrices qui sortent des nids secondaires et qui sont comme au printemps à la recherche de nectar, miel, etc..

Celles-ci ne sont pas attirées par les protéines. On doit donc changer le type d'appâts et revenir aux opercules avec du miel. Appât à remettre dans la partie inférieure comme au printemps. Penser à déplacer le piège.

Comme la lutte contre varroa, la lutte contre le frelon asiatique est l'affaire de tous les apiculteurs.

 Le 10 février 2020 : Les premières fondatrices capturées dans la région de Bordeaux sur Camélia

Notre nouveau piège au 28 09 2020

Piège à frelon 1 réduit IMG 20200927 182947

 

Piège à frelon 7 réduit IMG 20200927 182623

 

Piège à frelon 3 réduit IMG 20200927 182843

 

Piège à frelon 4 réduit IMG 20200927 182833

 

Piège à frelon 6 réduit IMG 20200927 182731

 

Partie basse pour mettre l'appât composé de miel et d'opercules

Piège à frelon 5 réduit IMG 20200927 182807

 

Actualité au 30 09 2020

Contre les frelons asiatiques, un prototype de répulsif naturel donne de l’espoir

Par Sébastien BRÊTEAU

Les tests de ces répulsifs sont en cours à Saint-Lô, Granville et Périers (Manche) pour tenir le prédateur à l’écart des ruches et des abeilles dont les frelons asiatiques sont friands.

La prolifération du frelon asiatique est-elle arrivée une nouvelle étape cruciale? À l’université de Tours, un laboratoire du Centre national de la recherche scientifique (CNRS) s’est spécialisé sur cette espèce. Ingénieure,

Laurence Berville passe plusieurs jours dans la Manche pour tester une molécule répulsive.«Chaque nid de frelons asiatiques a une odeur particulière, explique la scientifique qui mène ses expériences à Saint-Lô, Granville et Périers.

En mettant à l’entrée d’une ruche une molécule qui est étrangère à son nid, il ne se sentira pas chez lui et s’éloignera.»Apaisées, les abeilles pourront donc se remettre au travail. Présence réduite de 63%

Après avoir repéré sept molécules, répulsives ou attractives, Laurence Berville et ses collègues affinent leurs recherches.Avec une méthode simple :«On filme l’entrée d’une ruche pendant dix minutes puis on ajoute la molécule à proximité et on filme à nouveau dix minutes.»

De retour dans son labo, l’ingénieure compare le comportement du frelon asiatique dans les deux situations.«Dans le même type d’étude menée à Tours, la molécule répulsive réduit de 63% la présence de frelons.». Des résultats à confirmer

Des résultats encourageants qui demandent à être confirmés. Un nouveau test a eu lieu, jeudi 17 septembre, sur les ruches installées dans le parc du conseil départemental.«Une fois la molécule retenue, le CNRS proposera à une entreprise de prendre le relais pour fabriquer une molécule de synthèse.»

Si cette technique se confirme, Laurence Berville estime qu’«on pourrait associer une molécule répulsive pour éloigner le frelon de la ruche et une molécule attractive à une vingtaine de mètres pour le piéger. »

 

 

 Des Questions ?